Ministère de la Défense : Bertrand SOUBELET

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ministère de la Défense : Bertrand SOUBELET

Message par Daniel Le Gall le Lun 29 Juin - 20:47

Marié, père de trois enfants, le général Bertrand SOUBELET est né le 20 mai 1959 à SAINT-JEAN-DE-LUZ.
Il intègre l’Ecole spéciale militaire de SAINT-CYR-COËTQUIDAN en 1978 (promo-tion Général ROLLET), puis choisit l’artillerie. Après une année de formation à l’Ecole
d’application de l’artillerie à Draguignan (1980-1981) il sert comme lieutenant successivement au 11° régiment d’artillerie à Offenburg (Allemagne) et au 68° régiment
d’artillerie à La Valbonne, unité au sein de laquelle il participe à un déploiement en République centrafricaine.
Promu capitaine en 1986 il rejoint les rangs de la Gendarmerie nationale et suit le cours supérieur de l’école des officiers de la gendarmerie nationale à Melun.
En 1987 il est affecté à la tête de l’escadron 8/11 de gendarmerie mobile à Mont-de-Marsan, puis prend le commandement de la compagnie de gendarmerie départementale
de Villeneuve-sur-Lot (1990-1993). Promu chef d’escadron, il rejoint la direction générale de la gendarmerie nationale en qualité de rédacteur au bureau défense
opérations en 1993.
Après sa réussite en 1995 au concours de l’enseignement militaire du 2ème degré, il intègre la 3ème promotion du collège inter-armées de défense. Affecté au cabinet
du directeur général de la gendarmerie nationale en 1996, il y occupe les fonctions d’adjoint puis de chef de cabinet jusqu’en 1999. Durant cette période, il est promu
lieutenant-colonel (1997). De 1999 à 2002 il commande le groupement de gendarmerie départementale du Vaucluse à Avignon. Désigné pour assumer les fonctions
de chef d’état-major de la gendarmerie de la Martinique en 2002 il est promu colonel en 2003. Au cours de cette affectation il est engagé en opérations en qualité de
conseiller gendarmerie du commandant de la force multinationale d’intervention en Haïti en 2004.
De retour en métropole en 2005, il est muté à la direction générale de la gendarmerie nationale et assume la responsabilité du bureau de la défense. De septembre 2007 à juin  2008
il est auditeur de la 57ème session  du Centre des hautes études militaires et de la 60 ème  session des hautes études de la défense nationale. Juillet 2008 il est nommé com-
mandant de la région de gendarmerie Midi-Pyrénées à Toulouse.
Le 1er mars 2009, il est admis dans le corps des officiers généraux au grade de général de brigade. Le général Soubelet est chevalier de la légion d’honneur et titulaire de la
croix de la valeur militaire.
Le 2 juillet 2010, les personnels de la région de gendarmerie Midi-Pyrénées rendaient hommage au général SOUBELET appelé à la Direction  des personnels militaires de la gendarmerie nationale DGGN pour y assumer les fonctions de directeur adjoint

Lutte contre l’insécurité Le général SOUBELET déchire le voile sur la réalité.

Le 18 décembre 2013, le Général de Corps d’Armée Bertrand SOUBELET a été entendu par la commission de l’Assemblée Nationale de lutte contre la sécurité présidée par M Jean-Pierre BLAZY député de la 9ème circonscription du Val d’oise.
    Cet officier Général, s’était fait remarquer par les gendarmes pour son langage direct et franc lors de la session du Conseil de la Fonction Militaire Gendarmerie au mois de mai dernier. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il se sent concerné par le destin des gendarmes et de la Gendarmerie. Cela nous change des discours entendus jusque là et nous semble matérialiser le véritable changement de mentalité à la tête de la Gendarmerie. Je vous rappelle les phrases qui avaient particulièrement attiré notre attention.

         - Nous ne pouvons être les meilleurs avec les moyens actuels
         - Le chef est responsable de la santé de ses personnels
         - S'il n'est pas possible de faire, il faut dire non.
        - Aucune infraction ne mérite qu'un militaire de la gendarmerie mette sa vie ou celle des autres en danger.


    Dire des choses claires et pleines de bon sens entre nous est une chose, mais tenir un langage débarrassé de tout interdit devant les députés de la République en est une autre. Fort de sa franchise incontestable et délivré de toute arrière pensée politique, le Général SOUBELET a tenu un discours du plus grand intérêt devant la commission de lutte contre l’insécurité.
    J’ai envie de dire qu’il prend des risques personnels pour son avenir professionnel, mais il me semble bien éloigné de cette considération. Notez son attitude, le port de sa tête et la tenue de son buste, vous comprendrez qu’il ne semble pas craindre grand chose, remarquez la voix ferme vous surprendrez une conviction certaine. Il est convaincant. Passez sur quelques maladresses de langage face à des professionnels de la parole, elles ne traduisent qu’un conflit interne. Il semble se dire «  je leur dis ça ou pas ? », puis il le dit.

    Son audition commence par la présentation de sa fonction à la direction de la gendarmerie où il se décrit comme la tour de contrôle de l’action de la Gendarmerie. Comprenez qu’il n’y a pas meilleur observateur que la direction des opérations et de l’emploi pour parler de sécurité aux parlementaires. C’est un fait.
Dans ses propos, il abordera l’arrivée de la gendarmerie au ministère de l’Intérieur et fait la curieuse comparaison avec l’arrivée d’un enfant adopté dans une famille où des enfants légitimes avaient toutes leurs aises. Je comprends que les choses ne sont pas si faciles qu’on veut bien nous le dire, pas vous ?

    Il s’attache et il y reviendra plusieurs fois au caractère militaire de la gendarmerie et tous les avantages que la nation a à tirer de cette situation, de l’organisation hiérarchique forte et de la proximité des gendarmes avec la population. Il aborde les migrations internes des populations qui quittent les centre-villes et rejoignent les zones de responsabilité de la Gendarmerie et évoque une possible déstabilisation de la gendarmerie, une mutation qu’elle doit affronter en s’adaptant à un nouveau milieu, un cadre différent.

    Puis il vient sur le corps du sujet : La sécurité

    Il conteste les conclusions tirées des chiffres de la délinquance et affirme de son côté elle n’augmente pas véritablement en zone gendarmerie si on les rapporte à la démographie de notre pays. Les chiffres sont également perturbés par les violences infra-familiales auxquelles la police et la gendarmerie ne peuvent pas grand chose ou sont désarmés.

    Il y reviendra plus précisément plus tard,  mais il amorce ce qui constituera le cœur de son discours, à savoir l’impunité garantie aux délinquants. Quand je l’entends, je me dis qu’il va se faire virer« rapido » à s’en prendre ainsi à la doctrine générale de la politique gouvernementale et plus précisément à la seule ayant cour au ministère de la justice et dans les juridictions provinciales et parisiennes.

    Troisième remarque relative aux chiffres sur la délinquance : Les chiffres ne se perdent plus. Faut-il comprendre, qu’il n’y a plus de tripatouillage, je n’ose le répéter, mais enfin  c’est bien que j’ai entendu.

    Le Général SOUBELET résume ce paragraphe en constatant qu’en 2000 on constatait 60 crimes et délits pour 1000 habitants et qu’en 2013, on en a constaté 54 pour la même population. Il faut cependant tendre à la baisse de la délinquance qui devient insupportable aux français.
Il nous faudrait avoir le chiffre de 2011 pour se faire une idée de la tendance.

    Il aborde le travail quotidien des enquêteurs et met l’accent sur la complexification des procédures et les avantages qu’en tirent les délinquants. «  Ils profitent du système » .
Il note qu’il en résulte une perte de performance évident du côté des forces de l’ordre, et le sentiment qu’ont les enquêteurs que l’on se soucie bien plus des voyous que des victimes.

    La délinquance a augmenté de 4% entre 2012 et 2013. Pour un même nombre d’affaires les enquêteurs de la gendarmerie on noté une diminution de 33 % des placements sous écrou. La politique pénale de mme Taubira a ses effets, on laisse les voyous en liberté. Ils peuvent recommencer sans problème. C’est un cercle vicieux décourageant pour les gendarmes.

    Vous allez vous faire tirer les oreilles général … Il ne faut pas dire des évidences.

    Le Général SOUBELET pense la réponse collective en décalage. Nous comprendrons plus tard le fond de sa pensée.

     On se croirait revenu en 2001 lorsque l’on écoute ensuite les questions des députés au gendarme. Il n’y a pas d’insécurité, mais un sentiment d’insécurité. Ils n’ont rien appris et les même causes provoquant les mêmes effets, ils vont avoir des surprises en 2017. Qu’ils ne viennent pas se plaindre ensuite. Ils vont être servis par le général SOUBELET qui ne leur mâche pas ses mots.    Aille………

    Avant de revenir sur le sujet, il fait une remarque du genre de celles qui porteront désormais son nom :

«  Quand je vois l’énergie déployée par des personnels, des hommes et des femmes qui mettent un tel cœur à l’ouvrage et des chiffres qui sortent de nos machines statistiques, je me dis qu’il y a un décalage. On fait fi de la nature humaine en la réduisant à des chiffres »

    Messieurs les élèves officiers à Melun, vous avez quatre heures pour me rendre un devoir sur ce que vient de dire ce chef militaire. Perso je vous en fais 10 pages en deux heures.

    Le général SOUBELET rentre de front, ensuite,  dans les théories fumeuses des intellos de Terra Nova et de la bande à Bauer qui font beaucoup de bruit avec ce qu’ils ne connaissent pas. L’a-t-il fait exprès, je n’en sais rien, toujours est-il qu’il tranche le coup à ce canard qui prétend qu’affecter des gendarmes mobiles à des tâches de renforcement de la gendarmerie départementale est efficient ? En fait c’est parfaitement contre productif.

    Là où des escadrons sont déplacés, la délinquance augmente tout de même de 4% pour la période 2012. Il n’y a pas de baisse, et la surcharge apportée aux locaux met les unités en surchauffe et les prive, c’est moi qui l’ajoute, du temps nécessaire au rapprochement avec la population, et à la recherche et la collecte du renseignement nécessaire à la bonne orientation de l’action sur le terrain. Bref, on y va au sabre où il serait nécessaire de travailler au scalpel.

    De plus la délinquance se déplace, simplement. Il estime cependant que cette hausse serait de 14  % sans ces renforts mobiles. On endigue, on canalise plus que l’on est efficace.

    La solution est ailleurs. Je partage son avis, c’est bien à la justice de se sentir concernée par la délinquance et ses conséquences sur la paix publique. Je précise, ce n’est pas pour demain que certain laisseront leurs théories pour le bien commun et le véritable intérêt des délinquants mineurs. Allez leur expliquer si vous avez la patience, moi pas. De toutes façons ils n’entendent rien ni personne et surtout ne veulent pas se dédire, ce serait reconnaître leur erreur.

    Il argumente. Pour le département des Bouches du Rhône, au mois de novembre 2013, 65 % des cambrioleurs interpellés sont dans la nature. Il n’y a plus qu’à tout recommencer. Les gens se découragent.

    Le général n’hésite pas à mettre en cause une politique qui date des années 68. Il va se faire lyncher notre gendarme. Quand la presse de gauche, pourquoi préciser de gauche d’ailleurs, quand la presse va se rendre compte qu’un personnage pareil ose s’en prendre à eux, ils vont le liquider. Ils savent faire, en ce moment c’est l’accusation de racisme qui est à la mode. Désir va organiser une manif avec ses potes sous les fenêtres de la D.G. Je me marre et le Nouvel Obs va monter une pétition en ligne.

    Je vous conseille de ne pas manquer le passage à la 37ème minute.

    Les enquêteurs de la gendarmerie ont reçu les directives suivantes :  « si vous interpellez un mineur d’origine étrangère, vous le libérez car on n’a pas les moyens de mener une procédure à son terme. Il faut un interprète et on n’a pas les moyens de payer des interprètes ».

    Les gardes à vue et les GAV sont soumises à un critère de valeur. A moins de 300 euros de préjudice, tout le monde dehors.

    Le général SOUBELET met le doigt sur les conséquences de telles attitudes. Au moins et dans le meilleurs des cas, les gens libérés ont un détachement vis à vis des gendarmes. On s’étonne après qu’ils soient agressés.

    33 % des auteurs de cambriolages sont des étrangers dans certaines zones nous précise le D.O.E., la moyenne est à 20 %.

    Le Général propose ensuite des pistes pour combattre la délinquance qu’il faut traiter fermement dés le plus jeune âge. Je vous laisse les découvrir sur la vidéo de l’assemblée nationale qui restera en ligne jusqu’au 19 novembre 2014. ( suivre ce lien ) ;

    Je conclurai la présentation de l’intervention du Général SOUBELET en invitant nos gouvernants à écouter un peu les propos de cet homme de bien qu’est assurément Bertrand SOUBELET, en laissant tomber les doctrines et les sectaires et en faisant pour le bien de tous une politique cohérente appuyée sur des intentions sincères, comme le général.

    Merci Mon Général pour la belle leçon que vous avez donnée.  
    jmestries


                        Ça n'a pas plu !  ON PURGE !!!!!!  avec une façon élégante.

Les articles dont je vous joints les liens ci-dessous sont à l origine de sa mutation. Une façon de le remercier d avoir trop parlé et éviter qu il gène à nouveau en lui faisant quitter le champs des opérations
     
           http://pourquinousprendton.blogspot.fr/2014/01/gendarmerie-le-general-seboulet-s.html


           http://pourquinousprendton.blogspot.fr/2014/01/gendarmerie-la-deprime-le-sursaut.html

          http://pourquinousprendton.blogspot.fr/2014/02/gendarmerie-ou-la-grande-muette-en-assez.html
 Gendarmerie : le général SOUBELET quitte les opérations
    Les propos de cet officier général sur la délinquance, devant les députés, avaient suscité une polémique

                                                                                                Publié le mardi 01 juillet 2014

    Le général (quatre étoiles) Bertrand Soubelet, directeur des opérations et de l'emploi de la Gendarmerie nationale ne terminera pas sa deuxième année à ce poste, l'un des plus importants dans la hiérarchie. Il va être nommé à la tête de la Gendarmerie de l'outre-mer, un poste prestigieux sans doute mais moins opérationnel.

    Le général Soubelet paye sans doute la liberté de ton avec laquelle il s'était exprimée, en décembre dernier, devant les députés travaillant sur la lutte contre l'insécurité.

    Il avait notamment critiqué les juges qui remettent en liberté les délinquants arrêtés par les gendarmes, compliquant les relations entre le ministre de l'Intérieur de l'époque, manuel valls, et la ministre de la Justice christiane taubira.

    Si le général Soubelet peut être nommé à la tête de la gendarmerie d'outre-mer, c'est parce qu'un autre officier à refusé ce poste : le général Orosco (à la tête du GIGN) qui préfère partir dans le privé

Daniel Le Gall

Messages : 1
Date d'inscription : 29/06/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ministère de la Défense : Bertrand SOUBELET

Message par MariC le Ven 10 Juil - 14:02

avatar
MariC

Messages : 20
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 65
Localisation : Var

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum